mardi 25 février 2014

Pour en finir avec l'antisémitisme, quand même!

Oui, pour en finir avec toutes les sottises sur l'antisémitisme que peuvent raconter des ignorants comme Manuel Valls ou François Hollande, disons tout net avec Avigdor Lieberman que l'antisémitisme est le meilleur allié du sionisme.
En effet, comment les sionistes pourraient-ils espérer attirer en Palestine occupée 3,5 millions de Juifs en dix ans ?
Réfléchissons. Lieberman peut pas être d'extrême droite, il est juif. Quand même!
Réfléchissons. Lieberman peut pas être d'extrême droite, il est juif. Quand même!
D'autant que, comme le dit si bien l'extrémiste de droite M. Lieberman, qui est (quand même) ministre des affaires étrangères de l'entité sioniste, reçu récemment par Manuel Valls (parce que les affaires étrangères juives sont les affaires intérieures de pays comme la France et vice versa), le plus grand danger pour le peuple juif est celui de l'assimilation.
Et que ce danger est plus pressant que celui posé par les Palestiniens ou même le prétendu programme nucléaire militaire iranien.
Pour Lieberman, les affaires intérieures de la France relèvent de ses compétences de ministre des affaires étrangères
Pour Avigdor Lieberman, les affaires intérieures de la France relèvent de ses compétences de ministre des affaires étrangères

Cet article a été publié par l'European Jewish Press mais uniquement dans sa version anglaise. On ne le trouvera pas en effet dans la version en langue française de cet organe de presse communautariste juif.

par Maud Swinnen, European Jewish Press 19 février 2014 traduit de l'anglais par Djazaïri
JERUSALEM (EJP)--- Le ministre israélien des affaires étrangères Avigdor Lieberman considère que l'éducation dans la diaspora est « le dossier le plus urgent de l'agenda juif mondial, plus urgent que n'importe quel autre problème, y compris celui des négociations avec les Palestiniens ou la menace nucléaire iranienne.
Il a aussi déclaré que l'assimilation des Juifs américains est la plus grande menace pour la communauté juive mondiale et il a appelé le gouvernement israélien à mobiliser 365 millions de dollars par an pour des programmes d'éducation juive destinés à la diaspora et à renforcer la connexion juive à Israël.
Dans un discours devant la Conference of Presidents of Major American Jewish Organizations, Lieberman a demandé aux dirigeants [communautaires] de participer à l'effort financier du gouvernement israélien pour de nouveaux programmes en faveur de la diaspora qui se concentreraient sur le maintien de la continuité juive.
« Je pense que le gouvernement israélien devrait contribuer à hauteur de 1 million de dollars par jour de l'année, soit 365 millions de dollars au total, somme dont j'espère que vous, dans la communauté juive de la diaspora, apporterez l'équivalent pour ce projet éducatif. Ce ne doit pas être un petit projet de plus mais l'axe central du partenariat entre nous, » a-t-il dit.
 Il a aussi appelé à la création d'un réseau d'écoles internationales juives de haut niveau et à l'émigration de 3,5 millions de Juifs en Israël dans la prochaine décennie.
Lieberman a cité une étude américaine qui montre la baisse de l'identification en tant que Juif, affirmant que « ces statistiques démontrent que les Juifs d'Amérique risquent pas moins qu'une catastrophe démographique. » L'importante enquête publiée par le Pew Research Center porte sur l'assimilation et les mariages inter communautaires chez les membres de la communauté juive américaine.
Parmi ses conclusions, elle observe qu'un Juif sur cinq se considère comme sans religion et que, « parmi les Juifs interrogés qui se sont mariés avant 2000, près de six sur dix ont un conjoint non juif. »
« Depuis de nombreuses années, les responsables israéliens ont fait appel à nos frères et sœurs de la diaspora, comme tous ceux d'entre vous qui sont réunis ce soir, pour consacrer votre temps, votre énergie et vos financements à Israël, » a-t-il dit.
« Je me tourne néanmoins vers vous aujourd'hui pour vous dire que, tout en étant énormément et pour toujours reconnaissants pour votre aide, nous avons la conviction qu'il est temps maintenant de nous concentrer sur les défis qu'affrontent vos propres communautés, particulièrement ceux qui émanent de tendances dangereuses dans la communauté juive démontrées par la récente enquête. »
Il a ajouté : « J'ai la plus grande conviction que l'antidote à cette montée de l'assimilation, du mariage inter communautaire et du désengagement est l'éducation. »
Angela Merkel - Adolf Hitler, méthodes différentes, même combat pour éliminer le "peuple juif"
Angela Merkel - Adolf Hitler, méthodes différentes, même combat pour éliminer le "peuple juif"
« Pour prévenir cette tragédie, tous les enfants juifs devraient avoir la possibilité de fréquenter une école où ils recevront une éducation qui les instruira sur l'histoire, les valeurs et les traditions juives, à chérir leur identité juive et à éprouver un fort attachement à Israël et au sionisme. Nous devons faire en sorte que les écoles juives soient parmi les meilleures du monde.
« Nous devons créer un réseau mondial d'écoles juives d'une qualité supérieure à celle des réseaux d'écoles américaines et internationales. C'est seulement par un tel effort que nous garantirons notre longévité en tant que peuple, » a-t-il dit.  

samedi 22 février 2014

John Rankin Waddell, le boycott, Scarlett Johansson et les "zélotes extrémistes juifs" qui contrôlent Hollywood

John Rankin Waddell est, si j'en crois la presse anglo-saxonne, un photographe très connu, notamment dans le milieu de la mode et des célébrités, qu'elles appartiennent au monde de la politique comme la Reine Elizabeth II, à celui de la musique comme les Rolling Stones ou encore du cinéma comme l'actrice Scarlett Johansson.
John Rankin Waddell
John Rankin Waddell
Scarlett Johansson qui vient de faire beaucoup parler d'elle récemment pour sa décision de démissionner de sa mission d'ambassadrice pour l'organisation humanitaire Oxfam. La comédienne s'est retrouvée en effet dans l'obligation de choisir entre sa mission d'ambassadrice de la fameuse ONG et un contrat publicitaire avec l'entreprise SodaStream qui possède une usine de fabrication de gazéificateurs pour boissons en Cisjordanie occupée par l'armée sioniste, Oxfam rejetant tout échange commercial avec les colonies sionistes.
Et c'est justement une question posée à ce sujet par le journal londonien The Independent qui a mis le photographe britannique au cœur d'une tempête médiatique qui reste pour l'instant essentiellement confinée aux médias communautaires juifs.
La question, qui venait après une réflexion générale de John Rankin Waddell sur son refus de travailler pour certaines marques pour des raisons morales était la suivante :
« Quelles sortes de marques ? Ne feriez-vous jamais une publicité pour SodaStream avec Scarlett Johansson  par exemple» ?
La réponse du photographe met à la fois en cause l'occupation sioniste de la Palestine et ce qu'il appelle le poids des « zélotes juifs extrémistes » à Hollywood, ce qui expliquerait selon lui le choix de Scarlett Johansson de ne pas renoncer à son contrat avec SodaStream par crainte pour sa carrière.
Scarlett Johansson vue par Rankin Waddell
Scarlett Johansson vue par John Rankin Waddell
La presse et les organisations communautaires juives exigent bien sûr des excuses que le photographe n'a pas tardé à présenter, sauf qu'elles portent plus sur la forme que sur le fond.
Du coup Rankin Waddell n'est pas tiré d'affaire et se voit exiger des excuses aussi sur le fond, attendu que parler de très forte influence des hommes d'affaires et producteurs juifs sur Hollywood n'est pas autre chose qu'un cliché antisémite.
Et ce n'est pas Joel Stein qui pourrait dire le contraire. Quoique...

L'ADL appelle à des « excuses sincères » de la part du photographe Rankin pour ses propos antisémites ; et crtique le journal The Independent pour « manque de jugement éditorial »

par la Rédaction, The Algemeiner (USA), 19 février 2014 traduit de l'anglais par Djazaïri
L'organisation juive des droits de l'homme, l'Anti Defamation League (ADL) a déclaré que les escuses présentées par le photographe britannique Rankin pour ses propos antisémites n'allaient pas assez loin.
L'organisation a aussi fustigé le journal britannique The Independdent pour avoir publié les propos offensants.
« Rankin a essayé mollement de justifier ses propos alors que ce à quoi nous appelons ici est qu'il reconnaisse que les opinions qu'il a exprimées sont antisémites, » a déclaré récemment le directeur des affaires internationales de l'ADL Michael A. Saldberg dans un courriel à Algemeiner. « Il n'est pas trop tard pour que Rankin présente des excuses sincères. »
« Inclure les citations de Rankin dans l'article était un manque de jugement éditorial de la part de The Independent », a ajouté Sadberg. « Nous attendons maintenant plus de The Independent et nous considérons qu'il doit aussi des excuses à ses lecteurs. »
Les propos de Rankin, publiés la semaine dernière, venaient en réaction à une question sur la récente décision de l'actrice hollywoodienne Scarlett Johansson de rompre ses relations avec l'organisation humanitaire Oxfam pour « une divergence fondamentale d'opinions à l'égard du mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions [BDS]. » Johansson avait d'abord été critiquée par l'organisation humanitaire parce qu'elle représente l'entreprise israélienne SodaStream qui gère une usine en Cisjordanie.
« Je lui ai consacré beaucoup de tems, » a déclaré au sujet de l'actrice, Rankin dont le nom complet est John Rankin Waddell, « mais j'ai une très mauvaise opinion de SodaStream. »
« Ce qu'il y a, je pense que la raison pour laquelle elle ne s'est pas retirée [de la campagne de communication pour SodaStream], c'est parce qu'en Amérique les zélotes juifs sont si puissants. Particulièrement dans l'industrie du divertissement, ce qu'ils pourraient faire à sa carrière. 
« Mais le plus important pour moi dans tout ça, c'est ce genre de judaïsme extrémiste. Cette croyance extrême que c'est leur patrie et que ces gens [les Palestiniens] ne sont rien pour eux. C'est quelque chose de très puissant aux Etats Unis. Ils vous mettront sur une liste noire ? C'est pire que le maccarthysme. Tu es pro-palestinien ? Laise tomber. »
L'ADL a déclaré que « les propos de Rankin ont des relents de stéréotypes antisémites classiques sur le contrôle des médias par les Juifs et leur pouvoir excessif. Ses références aux 'zélotes juifs' et au 'judaïsme extrémiste' conduisant à des représailles contre quiconque est en désaccord avec une supposée opinion 'correcte' concernant la politique d'Israël relèvent tout simplement de l'ignorance. »
Dans ses excuses subséquentes, Rankin a dit regretter le vocabulaire et l'émotion causés par ses déclarations, mais il n'a pas parlé du fond de ses assertions.
« Dans une interview sollicitée par The Independent au sujet du lancement [d'un magazine de mode], je regrette d'avoir répondu à la légère sur des questions portant sur un autre thème et sur un sujet si difficile et sensible, » a-t-il dit. « Bien sûr, ce n'est pas ma position officielle et je m'excuse de tout cœur pour le langage que j'ai utilisé et pour les offenses que j'ai pu causer. »
 S'exprimant dans le Daily Telegraph de Londres, un représentant du Britain’s Community Security Trust [organisation communautaire juive britannique] a également déclaré que Rankin devait aller plus loin et renier ses propos.
« Ce sont les allégations sur le pouvoir juif dans les médias qui distinguent l'antisémitisme des autres formes de racisme, » a-t-il dit. «Il se peut bien que Rankin ne soit pas antisémité, auquel cas il devrait apprendre à ne pas répandre les affirmations nauséabondes sur les Juifs qui contrôlent les médias et Hollywood. »
 Rankin est spécialisé dans le portrait et la photo de mode. Il a photographié ente autre Britney Spears, Madonna, les Roling Stones, Cate Blanchett, la Reine Elizabeth II et Tony Blair.

dimanche 16 février 2014

Une nuit d'ivresse au Canada révèle la protection accordée par ce pays à un des assassins du Palestinien Mahmoud al-Mabhouh

Comme le titre le Journal du Québec, ce n'est pas la première fois que les autorités canadiennes prêtent main forte aux services secrets sionistes, le fameux Mossad dont l'efficacité est surtout due à l'étendue des complicités dont il jouit dans les pays occidentaux, que ces complicités soient celles de personnes privées, le plus souvent, mais pas toujours, de confession juive et dans les appareils d'Etat et gouvernementaux.
Mais cette fois, les choses sont un peu plus embarrassantes parce que non seulement cette complicité apparaît au grand jour mais qu'elle touche à une affaire d'homicide qui a défrayé la chronique, l'assassinat à Dubaï en 2010 de Mahmoud al-Mabhouh, un haut responsable du Hamas palestinien.
L'autre aspect qui rend cette révélation embarrassante, tient aux circonstances par lesquelles elle a été portée à la connaissance de l'opinion publique canadienne et dont ne rend pas compte le Journal du Québec. Le pot aux roses a n effet été dévoilé par inadvertance par Trina Kennedy une fonctionnaire de la sécurité nationale de l'Etat canadien chargée de séduire Arian Azarbar, un Irano-canadien que les services secrets soupçonnaient d'espionnage au profit de Téhéran. Et ce qui arrive parfois dans ce genre de relation personnelle/professionnelle est arrivé:
Azarbar a déclaré que Kennedy lui avait confié des informations sur le changement ultra-secret d'identité après une sortie arrosée en soirée; il affirme que Kennedy lui a ensuite demandé d'oublier ce qu'elle lui avait dit.
L'arrestation de l'agent du Mossad par la police canadienne était connue des autorités de Dubaï auxquelles le Canada avait demandé la confidentialité. Puis, plus de nouvelles pour la simple raison que le gouvernement de Stephen Harper avait fait le choix de protéger le tueur mandaté par ses amis sionistes.

Pas la première fois

Par Andrew Mcintosh, Le Journal du Québec

PUBLIÉ LE: | MISE À JOUR: 

EMIRATES-ISRAEL/EU-STATEMENT
Mahmoud al-Mabhouh (sur la photo)

Ce n’est pas la première fois que le nom du Canada fait surface dans l’affaire de l’assassinat par le Mossad du chef militaire du Hamas à Dubaï en 2010.
En octobre 2010, le chef de la police de Dubaï, le lieutenant-général Dahi Khalfan Tamin, avait affirmé en entrevue à la chaîne de télévision Al Arabiya que les autorités canadiennes avaient arrêté un des 26 suspects recherchés dans l’assassinat.
Le haut gradé de la police avait dit que des diplomates canadiens lui avaient communiqué cette information durant l’été 2010. On lui aurait demandé de conserver cette information confidentielle. Il n’a pas eu de nouvelles depuis à ce sujet.
Le suspect arrêté par le Canada aurait fait partie d’une équipe du Mossad qui serait arrivé à Dubaï quelques jours avant l’assassinat survenu le 20 janvier 2010.
Il aurait été responsable de faire des préparatifs pour l’assassinat à l’Hôtel Al Bustan Rotana.
Il aurait quitté Dubaï juste avant le meurtre.
AFFAIRE INTERNATIONALE
L’assassinat du chef du Hamas a défrayé les manchettes dans le monde entier parce que l’équipe de tueurs a été aperçue à plusieurs reprises sur des caméras de vidéo-surveillance dans l’hôtel.
Le nom de l’agent du Mossad qui aurait été arrêté au Canada n’a jamais été dévoilé par le chef de police de Dubaï. Il a toutefois vivement et très publiquement critiqué le manque de transparence du Canada dans le dossier.
«Je suis étonné. Pourquoi cette tentative de cacher l’affaire dans ce dossier? Nous devons agir avec transparence, avec fiabilité et rapidité dans de tels cas», a dit le chef de police.
Les diplomates canadiens ont catégoriquement nié à l’époque avoir fait une arrestation. La Gendarmerie royale du Canada s’est toutefois refusée à tout commentaire à ce sujet.
- Avec la collaboration de Félix Séguin

mercredi 12 février 2014

lundi 10 février 2014

La "shoah" était-elle une punition méritée?

On a vu que certaines communautés juives sont farouchement antisionistes et le sont pour des raisons avant tout religieuses. Ces communautés ultra-orthodoxes considèrent en effet que l'exil est voulu par Dieu et est donc la condition normale des Juifs. Selon cette lecture, la tragédie de la seconde guerre mondiale est une punition infligée par Dieu à cause de la volonté du sionisme de sortir de cet exil et de fonder un Etat.
Ce point de vue est caractéristique de ces ultra-orthodoxes regroupés entre autres dans Naturei Karta mais il traverse aussi d'autres courants du judaïsme, ce qui nous rappelle qu'il fut un temps pas si lointain où la majorité des Juifs, pratiquants ou non, étaient soit indifférents, soit hostiles au sionisme.
Le rabbin Yossef Mizrachi, un Juif séfarade qui s'inscrit dans le courant orthodoxe (et donc majoritaire) du judaïsme professe des thèses finalement assez semblables à celles défendues par les ultra-orthodoxes de Naturei Karta sur la question de ce qu'on appelle holocauste.
De la Kabbale vulgarisée pour gens crédules, lit-on en conclusion de l'article que je vous propose.

Visite au Royaume Uni du rabbin qui affirme que «les Juifs ont provoqué eux-mêmes l'holocauste »

par Simon Rocker, Jewish Chronicle (UK) 6 février 2014 traduit de l'anglais par Djazaïri
Un prédicateur controversé qui croit que le syndrome de Down et l'autisme sont les conséquences de fautes commises dans une vie antérieure a fait sa première tournée de conférences en Grande-Bretagne cette semaine, malgré les protestations contre sa visite.
Le rabbin Yossef Mizrachi, qui soutient également que les Juifs ashkénazes ont dans une certaine mesure provoqué eux-mêmes la Shoah qui s'est abattue sur eux, s'est exprimé dans plusieurs synagogues séfarades de Londres ainsi que devant les élèves de deux écoles secondaires juives.
La visite s'est déroulée dans un contexte marqué par de vives critiques de la part de personnes qui avaient vu des vidéos en ligne de précédentes conférences.
Dans une interview accordée cette semaine, le rabbin d'origine israélienne qui dirige une organisation religieuse orthodoxe aux Etats Unis explique que ses idées sur le péché et la réincarnation viennent de la Torah et de la Kabbale. « La souffrance vient comme résultat de quelque chose que nous avons fait dans le passé, » dit-il.
« Le fait que nous devions être réincarnés signifie que nous avons failli à notre mission dans notre vie précédente. Si nous avions réussi, nous serions allés au paradis. »
« Une âme renaîtra dans un nouveau corps pour qu'elle puisse avoir la chance de corriger les erreurs de la vie précédente », dit-il. « Mais pour chaque acte, nous sommes récompensés ou punis « mesure pour mesure ».
Par exemple, dit-il, « Habituellement, quand une personne est sourde et muette, elle est [affectueux parties de son corps, la bouche et l'oreille. Les péchés qu'on peut commettre avec la bouche et l'oreille – médire sur les autres, détruire leurs vies par les mots et écouter les ragots. »
Il ajoute que si une personne renaît avec une liberté de choix, elle sera néanmoins mise à l'épreuve pour voir si elle se comporte bien ou mal. Mais une personne dont le cerveau est atteint n'a pas de liberté de choix.
« Quand une personne vient au monde sans libre arbitre, nous savons qu'elle est déjà corrigée à 99 %, » dit-il. « Elle n'a pas grand chose à faire pour rectifier la situation et parvenir au résultat... Elle est donc à un niveau beaucoup plus élevé. »
Aucun parent d'un enfant autiste ne s'est jamais plaint auprès de lui de sa façon de voir les choses, souligne-t-il. « Au contraire. Ils me disent 'vous m'avez donné espoir... vous expliquez que ce sont des âmes bénies, je me sens vraiment honoré d'avoir un enfant comme lui.' »
Pour l'holocauste, le rabbin Mizrachi suggère que les Juifs ashkénazes ont souffert parce qu'ils étaient plus assimilés et moins respectueux des rabbins. Les Séfarades non assimilés ont été largement épargnés. « En Syrie, en Israël [Palestine, NdT], en Irak, en Iran – autant d'endroits où les Juifs étaient restés fidèles aux lois [juives, NdT] – ils [les Nazis] ne les ont pas tués, » dit-il.
Il laisse entendre que les Juifs religieux qui ont péri dans les chambres à gaz étaient coupables de ne pas avoir empêché l'assimilation des « frères et soeurs » non pratiquants.
Le rabbin Mizrachi, qui prétend avoir ramené plus de 50 000 Juifs à l'observance de la Torah associe aussi la propagation du cancer et d'autres maladies à l'immoralité et à l'impudeur.
Le rabbin Mizrachim au milieu des lycéens de l'Hasmonean High School
Le rabbin Mizrachi au milieu des lycéens de la Hasmonean High School
Dans son discours prononcé lundi devant les élèves de terminale de la Hasmonean High School, il a parlé des dangers des médias sociaux et il n'a pas abordé la réincarnation.
Le rabbin Daniel Kleiman, qui est professeur d'études juives à l'Hasmonean l'a trouvé chaleureux et posé. C'est un grand motivateur, qui parle avec son cœur. Il n'a rien de sulfureux. Il est très bien accepté dans tout le spectre de la communauté orthodoxe.
Le rabbin Mizrachi fait partie des stars mondiales du rabbinat
Le rabbin Mizrachi fait partie des stars mondiales du rabbinat
A Od Yosef Hai, une synagogue qui avait précédemment annulé sa conférence, le rabbin Mizrachi a pu faire un discours après l'office religieux du dimanche matin.
Mais ses détracteurs ont continué à formuler de fortes objections. Daniel Jonas, fidèle de la synagogue et fondateur de l'orchestre Los Desterrados, a fait campagne contre le rabbin Mizrachi. Ses positions « insultent les parents des enfants à besoins particuliers [malades ou handicapés, NdT], ou de n'importe quelle personne qui a le cancer, » déclare M. Jonas.
« Son évidente ignorance des faits historiques de la shoah vous coupent le sifflet tout comme l'arrogance stupéfiante de sa prétention à connaître les causes divines de la maladie et du génocide.
Jon Abrams , qui travaille avec des personnes handicapées, a exposé ses préoccupations quant à la venue du rabbin Mizrachi dans une intervention devant Anshei Shalom, une congrégation indépendante à la synagogue St John's Wood United Synagogue, décrivant ses prises de position comme « offensantes ».
Dans un post sur Facebook, le rabbin Mizrachi s'en est pris à deux de ses détracteurs en particulier en écrivant : « Nous verrons tous bientôt comment ils seront détruits pour l'éternité , exactement comme la Torah l'a promis. »
Un porte parole [du judaïsme orthodoxe] US a déclaré : « Si un orateur dénigrait une partie quelconque de la communauté ou propageait des points de vue contraires à nos valeurs, nous objecterions à ce qu'il soit invité dans nos institutions. Cependant, avant d'appliquer une telle censure, nous devrions avoir la certitude sans ambiguïté que c'est le cas. »
Le rabbin Alan Kimche de la synagogue Ner Israel de Hendon considère les idées du rabbin Mizrachi comme « un mouvement très marginal dans l'orthodoxie. »
« C'est de la Kabbale vulgarisée qui attire des gens crédules ».

vendredi 7 février 2014

John Kerry en guerre contre le Dieu des rabbins?

Des rabbins sionistes extrémistes (pléonasme) menacent le Secrétaire d'Etat US d'un statut honteux dans l'histoire juive [comme s'il y avait une histoire juive à part celles racontées par Popeck] et surtout de la damnation éternelle s'il persiste dans ses efforts pour trouver une solution négociée au conflit palestino-sioniste.
Kerry est-il protégé contre la damnation éternelle?
John Kerry est-il protégé contre la damnation éternelle?
Bien sûr, ce qui semble motiver ces rabbins relève à première vue du religieux, même si ce religieux est conçu comme une pièce de cadastre, mais on ne manquera pas d'observer qu'à côté de cet argument religieux, les rabbins n'omettent pas d'évoquer le risque de voir le territoire qui resterait dévolu à l'entité sioniste se trouver dans le rayon d'action de roquettes qui pourraient être tirées depuis la Cisjordanie.
Ceci nous ramène de manière très terre à terre à la stratégie à long terme du régime sioniste . Cette stratégie a été définie à la fin des années 1960 avant d'être repensée dans à la fin des années 1970. Le postulat reste le même, à savoir que l'entité sioniste ne sera jamais réellement en paix avec le voisinage. Pour survivre, l'Etat prétendu juif a donc besoin d'une profondeur stratégique, une profondeur qui ne doit comporter un peuplement « juif » disposé de sorte à permettre de prévenir et , le cas échéant, contenir et repousser toute offensive susceptible de menacer le cœur du régime, c'est-à-dire Tel Aviv et ses zones urbaines satellites.
La stratégie de colonisation du Neguev s'inscrit dans des préoccupations du même ordre.
Les postulats qui fondent cette stratégie sioniste sont erronés pour trois raisons. La première est que les Palestiniens ne renonceront jamais à leur patrie ; la deuxième est qu'il est inconcevable qu'un Etat puisse subsister durablement dans la région si ses relations avec les peuples environnants sont marqués par l'animosité ; la troisième est que bouleversé la donne stratégique.
Et si personne n'imagine qu'un jour des dizaines de milliers de fantassins arabes déferleront sur la Palestine occupée pour en déloger les terroristes sionistes, on peut par contre raisonnement supposer qu'un déluge de feu bien ciblé, c'est-à-dire vivant les principales villes sionistes (Tel Aviv, Jaffa, Eilat, Ashdod etc.) provoquera le retour en Occident de la grande masse des voyous qui agitent la Bible comme titre de propriété et brevet de supériorité par l'élection divine.

'Kerry a déclaré la guerre à Dieu' écrivent dans une lettre des rabbins tenants d'une ligne dure

par Jeremy Sharon, Jerusalem Post (Sionistan) 5 février 2014 traduit de l'anglais par Djazaïri
 Des rabbins avertissent Kerry de stopper les négociations « afin d'éviter une punition divine pour tous ceux qui s'y impliquent».
Un groupe de rabbins nationalistes tenants d'une ligne dure a écrit dans une lettre ouverte qu Secrétaire d'Etat US John Kerry que par le truchement de ses efforts de médiation entre les négociateurs palestiniens et israéliens il avait déclaré une guerre contre Dieu.
 Les rabbins ont prévenu le Secrétaire d'Etat qu'il devait cesser ce genre d'activités pour éviter le châtiment divin.
La lettre a été envoyée par le Comité pour la Sauvegarde de la Terre et du Peuple d'Israël – une organisation militante opposée à tout accord politique avec les Palestiniens qui comprendraient des concessions territoriales – fondé par le rabbin Shalom Dov Wolpo qui est aussi le fondateur du parti d'extrême droite Notre Terre d'Israël.
« Vos efforts incessants pour exproprier des parties intégrantes de notre Terre Sainte et les livrer à la bande terroriste de Abbas, reviennent à une déclaration de guerre contre le Créateur et Maître de l'univers ! Parce que D..u a donné toute la Terre d'Israël à nos ancêtres, Abraham, Isaac et Jacob, afin qu'ils la transmettent, comme héritage perpétuel, à leurs descendants, le peuple Juif, jusqu'à la fin des temps, » lit-on dans la lettre.
L'Etat juif selon le rabbin Shalom Dov Wolpo
L'Etat juif selon le rabbin Shalom Dov Wolpo
Les rabbins soutiennent que le plan de Kerry met en danger les Juifs israéliens en les mettant à portée immédiate des tirs potentiels de roquettes et de missiles depuis la Cisjordanie si elles [les terres] étaient cédées par Israël aux Palestiniens.
« Si vous persistez dans cette voie destructrice, soyez assuré de votre disgrâce éternelle dans l'histoire juive pour avoir apporté la calamité sur le peuple juif, » poursuivent les rabbins qui comparent Kerry au souverain babylonien Nabuchodonosor II et l'officier romain et futur empereur Titus, deux ennemis des anciens royaumes juifs qui détruisirent les temples de Jérusalem et en même temps la souveraineté juive sur la Terre d'Israël.
«Par la puissance de notre Torah Sacrée, nous vous exhortons à cesser immédiatement toutes les démarches pour aboutir à ces accords désastreux – afin d'éviter un sévère châtiment divin pour toutes les personnes impliquées, » menacent-ils.
La lettre a été signée par le rabbin Wolpo ainsi que par quatre autres rabbins dont le rabbin Yisrael Ariel, fondateur et président du Temple Institute, le rabbin Yigal Pizam, doyen d'une yeshiva [école religieuse] et chef de la la communauté hassidique du quartier Kiryat Shmuel à Haïfa, et le rabbin Ben Tziyon Grossman de la ville de Migdal Ha'emek.

jeudi 6 février 2014

Scarlett Johansson, le boycott des colonies sionistes et le Financial Times

 L'actrice américaine Scarlett Johansson a fait beaucoup pour mieux faire connaître les actions de boycott culturel, économique et commercial qui visent le régime sioniste.
Ce n'était pas volontaire de sa part, mais en préférant les dollars proposés par l'entreprise sioniste SodaStream à la mission d'ambassadrice de l'ONG britannique Oxfam, elle a en quelque sorte révélé au monde l'absence de principes moraux et l'éthique particulière qui caractérisent le projet sioniste.
par Stephanie Westbrook, via Mondoweiss
C'est cette réflexion que développe le Financial Times dans un éditorial. Le fait que ce journal qui est le porte voix des milieux financiers de Londres et d'autres métropoles du capitalisme évoque ainsi cette question dans des termes sans ambiguïté, donne une idée de l'exaspération qui commence à gagner ce que je désignerai par le raccourci simplificateur de « communauté des affaires ».
Un éditorial qui sonne aussi comme un avertissement de ce qui pourrait arriver tantôt : un boycott généralisé des échanges avec l'entité sioniste, comme celui qu'avaient connu en d'autre temps la Rhodésie (aujourd'hui Zimbabwe) et l'Afrique du Sud.
La défense de son sponsor par Scarlett Johansson est naïve
The Financial Times (UK) 31 janvier 2014 traduit de l'anglais par Djazaïri
La décision de l'actrice Scarlette Johansson de ne plus être une ambassadrice d'Oxfam, l'organisation caritative pour la justice sociale, et de continuer à être une ambassadrice de la marque SodaStream, une compagnie israélienne qui fabrique des machines pour produire des boissons gazeuses chez soi dans une usine située en Cisjordanie occupée, pourrait être tenue pour aussi négligeable qu'une tempête dans un verre de limonade. Il ne devrait pas en être ainsi.
La vedette du film "Lost in Translation" a braqué accidentellement le projecteur sur un problème important – celui de savoir s'il est juste ou légitime de faire du commerce avec des entreprises qui opèrent dans des colonies israéliennes illégales sur le sol palestinien – tout en donnant par inadvertance un éclairage positif sur al campagne pour boycotter Israël tant qu'il ne se retire pas de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est – une question distincte, du moins pour jusqu'à présent.
SodaStram fabrique certains gazéificateurs [de boissons] à Maale Adumim, la plus grande colonie israélienne en Cisjordanie, illégale au regard du droit international. L'usine fait travailler environ 500 Palestiniens et prétend promouvoir l'emploi et la coexistence pacifique entre Arabes et Juifs. Mlle Johansson affirme que la compagnie « construit un pont vers la paix entre Israël et la Palestine ». C'est de la naïveté, tout comme la confusion qu'elle fait entre ce point de controverse et le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) qui prône l'isolement d'Israël.
Le statut des colonies est clair au regard du droit international même si Israël choisit de l'ignorer et d'accroître sa colonisation du territoire palestinien, tout en faisant mine de négocier sur la création d'un Etat palestinien. L'an dernier, l'Union Européenne (UE) a adopté des dispositions pour interdire les subventions destinées à des organismes opérant dans des colonies illégales. L'UE a cependant laissé Israël participer au programme Horizon 2020 – Israël est le seul Etat non membre à participer à ce programme de recherche-développement de 80 milliards d'euros – rendant ainsi la haute technologie israélienne éligible aux financements publics européens dès lors qu'ils ne sont pas utilisés dans les colonies.
Ce n'est pas un boycott. C'est l'application du droit. Il reste que si Israël poursuit son occupation et repousse les conditions pour la paix négociées par le Secrétaire d'Etat John Kerry, de telles distinctions deviendront obsolètes. Les fonds de pension européens ont déjà commencer à retirer leurs investissements dans les banques israéliennes qui ont des succursales dans les colonies.
Les dirigeants israéliens, depuis les anciens premiers ministres Ehud Barak et Ehud Olmert à Tzipi Livni et Yair Lapid, les ministres de la justice et des finances du gouvernement actuel de droite de Benjamin Netanyahou ont prévenu qu'Israël sera confronté à l'ostracisme sauf sen cas de conclusion d'un accord avec la Palestine. Aujourd'hui, ce sont les colonies qui sont visées. Mais les choses pourraient facilement évoluer vers un boycott généralisé.
Il est malhonnête de voir du romantisme dans les actions de colonisation. L'occupation jette en prison des milliers de jeunes hommes palestiniens, donne leurs terres et leur eau aux colons, démolit leurs maisons et fragmente le territoire restant avec de nombreux checkpoints et des routes ségrégées. Il n'existe pratiquement aucune base minimale pour une économie. Pour créer des emplois palestiniens, il faut mettre un terme à l'occupation et laisser les Palestiniens construire les fondations d'une économie – pas construire des « ponts vers la paix » sur la terre d'un autre peuple sans sa permission.

lundi 3 février 2014

Des Juifs antisionistes reçus à la chancellerie allemande!

Les choses bougent tout doucement, trop sans doute, mais elles bougent.
On apprend ainsi qu'un cadre de la chancellerie allemande a récemment rencontré des militants antisionistes de l'organisation juive ulltra-orthodoxe Naturei Karta, la même organisation qui s'était associée à l'humoriste Dieudonné, à Yahia Gouasmi et Alain Soral dans la liste antisioniste.
A mon avis, les Allemands qui connaissent la réalité de la position sioniste à l'époque de l'arrivée au pouvoir de Hitler sont plus nombreux que d'aucuns le pensent.

Un officiel du bureau de Merkel rencontre des Juifs antisionistes

La secte ultra-orthodoxes antisionistes tient une réunion avec un officiel allemand dans le cadre d'une possible tentative pour saper la connexion entre Israël, le judaïsme et l'Allemagne
par Eldad Beck, Yediot Aharonot (Sionistan) 3 février 2014 traduit de l'anglais par Djazaïri
Un cadre de haut niveau du bureau de la chancelière allemande Angela Merkel a rencontré des représentants de l'organisation ultra-orthodoxe antisioniste Naturei Karta lors de la journée internationale de commémoration de l'holocauste la semaine dernière.
Cet officiel a rencontré quatre membres de l'organisation à Berlin où ils protestaient contre l'existence de l'Etat d'Israël et l'exploitation de l'holocauste par les sionistes pour des raisons politiques. 
Le Yediot a révélé que l'officiel est un chef de département au bureau de la chancelière et que, contre tous les usages, les a rencontrés ouvertement. Les membres de Naturei Karta ont confirmé que le but de cette rencontre était de clarifier aux yeux des Allemands que le sionisme ne représente pas le judaïsme.
La délégation de Naturei Karta comprenait deux survivants de l'holocauste, Moshe Dov et Chezkel Klein, ainsi que son porte parole, le rabbin Yisroel Dovid Weiss qui a affirmé pendant la rencontre que « l'holocauste était une punition divine pour les Juifs parce que les sionistes ne voulaient pas suivre le chemin de Dieu et voulaient devenir indépendants. » [une lecture classique du judaïsme veut que l'exil soit une punition divine infligée aux Juif] 
naturei karta
Weiss a affirmé à l'officiel de la chancellerie qu'environ 10 % des Juifs appartiennent au mouvement antisioniste.
Ces dernières années, des officiels du bureau de Mme Merkel ont oeuvré à miner la relation spéciale entre Israël et l'Allemagne afin de dégager l'Allemagne de sa responsabilité historique pour l'holocauste.
La rencontre, rapportée par le journal de gauche Neues Deutschland, n'avait pas de caractère secret. 
Par le passé, Naturei Karta a assisté en Iran à des manifestations qui niaient l'holocauste, parrainées par l'ancien président Mahmoud Ahmadinejad.